Armée de l'air algérienne

Armée de l'air algérienne

L’Algerian Air Force abrégé (AAF), ou bien Al Quwwat Al Djawia Al Djaza'eria القوات الجوية الجزائريةen arabe est l’appellation officielle des forces armées aériennes de l’Algérie. Leur création survient au lendemain de l'indépendance algérienne en 1962. L'actuel commandant des forces aériennes le général Abdelkader Lounès, a été désigné à ce poste par le président de la République en avril 2005.

Historique

L’existence de l’armée de l’air algérienne remonte officieusement au temps de l’ALN. En effet cela est peu connu mais des pilotes de l’ALN (Armée de Libération Nationale) se préparaient discrètement à bord de MiG-15 au Moyen-Orient, dans la perspective de voler au secours de leurs frères au front en Algérie. Cette menace fut prise très au sérieux par les militaires français comme l’a déclaré le général Hugues Silvestre de Sacy, chef du Service historique de l’armée de l’air française dans son article intitulé « Les barrages en Algérie, une vision aérienne du bouclage des frontières », dans lequel il déclare que « la France connaissait l’existence d’une escadrille algérienne qui s’entraînait en Égypte pour ensuite faire des attaques sur l’Algérie à partir de bases perdues dans le désert libyen. La preuve en fut donnée lorsque dès l’indépendance, plusieurs MIG-15 pilotés par des Algériens, s’étaient posés sur la terre algérienne. »

Constitution de l’AAF

Dans les premiers temps, la formation des pilotes algériens s’effectua dans certains pays arabes du Moyen-Orient, dans le cadre d’un programme d’entraide arabe, qui avait pour but de former et d’équiper la jeune force aérienne algérienne. L'Algérie reçut à ce titre 18 avions d’entraînement Al Joumhouria (“La République”) fabriqués localement ainsi que 5 MiG-15 pour l’interception. En novembre 1962, des experts et instructeurs est-européens ainsi que des matériels plus récents arrivèrent en Algérie avec ce qui semblait être la base de la future force aérienne algérienne : 5 bi-places MiG-15 UTI, 6 avions de transport Il-14 et 10 hélicoptères Mil Mi-4 Hound. Deux Beech D18S furent aussi acquis pour le transport des officiels du gouvernement.

Après de sérieux affrontements avec le Maroc (« guerre des sables », 1963), les Algériens comprirent les dangers qui les guettaient, ils décidèrent donc de se lancer dans un vaste programme d’entraînement et de réarmement qui allait être parrainé par un allié de poids : l’Union soviétique. Ce programme avait pour but de donner à l’Algérie la supériorité aérienne dans la région et par là, dissuader le Maroc de toute nouvelle attaque.

En 1964, l’Algérie acquit ses premiers avions offensifs : cinq MiG-15Bis et MiG-17F en plus de quatorze bombardiers tactiques Il-28. Mais le projet ne s’arrêta pas là, l’Algérie acquit en plus six autres avions de transport Il-14, 1 Il-18 (en) pour le gouvernement et le super transporteur russe de l’époque l’An-12 qui furent livrés avec à leurs bords des tonnes d’armes et de munitions pour l’armée de Terre. L’URSS modernisa également la base aérienne stratégique de Boufarik qui fut utilisée pour le soutien logistique de la FAA. La même année, la promotion d'élèves Pilotes PE64A1 de la Base aérienne 709 à Cognac (Charente, France) reçoit plusieurs stagiaires algériens du grade de sous-lieutenant, habillés en civil, puis revêtus de l'uniforme français d'aviateur ; Ils reçoivent successivement des galons de caporal, caporal-chef et sergent, afin de passer inaperçus parmi les aviateurs français qui ont en même temps avancé en grade ; L'entrainement a lieu sur North American T-6 Texan, avion américain qui a servi pendant la guerre d'Algérie et qui a formé plusieurs générations de pilotes durant la Seconde Guerre mondiale, dont l'ancien président des États-Unis Georges Bush. Certains de ces officiers algériens ainsi habillés en aviateurs français avaient déclaré piloter auparavant des avions Jodel d'aéroclub dans le département français d'Algérie[1].

En 1965, un changement à la tête de l’État amena Houari Boumédiène au pouvoir. Ce dernier commença par changer le nom officiel de la force aérienne algérienne en Al Quwwat Al-Jawwiya Al-Jaza'eriya (QJJ). il mit en place un ambitieux programme de modernisation et de formation et renforça également la coopération avec l’Union soviétique dans le domaine de l’armement, c’est ainsi que les premiers avions de combat modernes firent leur apparition au sein de l’AAF. L’Algérie acquit donc deux escadrons de chasseurs bombardiers MiG-17F, deux autres hélicoptères Mi-4 pour le transport, les missions d’attaque au sol et pour les missions de reconnaissance d’artillerie ainsi que 16 autres bombardiers Il-28. Mais l’événement qui provoqua une grande polémique avec le Maroc fut l’arrivée de six avions supersoniques MiG-21F-13.

Au début de l’année 1967, trois nouveaux MiG-21 furent livrés à l’AAF, qui les divisa en deux escadrons d’interception et de chasse.

Premier engagement

Les premiers combats des pilotes algériens commencèrent en 1967 avec la guerre des Six Jours, quand 2 escadrons de MiG-17, un de MiG-21 et un autre d’IL-28 furent engagés auprès de la coalition arabe. Avec près de 10 appareils l’Algérie alignait la deuxième force aérienne sur le front égyptien. Les MiG-17 étaient pilotés par des aviateurs algériens tandis que les MiG-21 par des aviateurs égyptiens qui étaient censés avoir plus d’expérience dans l’utilisation de ce nouvel avion. Mais à leur arrivée, les 6 premiers MiG-21 se posèrent sur la base aérienne d’AL-ARICH dans la péninsule du Sinaï qui entre temps était passée sous le contrôle des forces Israéliennes de Défense (IDF). Les 6 avions et leurs pilotes égyptiens furent capturés. Quatre des MiG-21 furent remis aux États-Unis afin de les tester et découvrir ainsi d’éventuelles faiblesses de cet appareil qui les faisait tant souffrir durant la guerre du Vietnam. Certaines sources rapportent par ailleurs que des MiG-17 ont participé à des bombardements contre des troupes israéliennes au Sinaï suite à la débâcle des troupes arabes.

Après la défaite arabe et la supériorité confirmée des Israéliens dans les combats aériens, l’Algérie décida d’intensifier l’entraînement de ses pilotes avec l’acquisition d’un lot de 28 avions d’entraînement CM-170 Fouga Magister et 5 hélicoptères SA-330 Puma. Ces CM-170 appartenaient à l’origine à la Luftwaffe de l’Allemagne fédérale, ils furent transférés en France pour être rénovés et modernisés et enfin livrés à l’Algérie.

Au début de l’année 1971, l’AAF comptait près de 20 appareils avec comme avion principal le légendaire MiG-21 qui composait près de 40 % de la flotte, les MiG-15 et MiG-17 ont prouvé qu’ils ne faisaient plus le poids face à des avions tels que le F-4 Phantom. C’est suite à un accord de partenariat militaire avec l’Union soviétique que l’Algérie commença à acquérir des avions modernes qui étaient en service au sein des forces aériennes de l’URSS. Les premiers chasseurs bombardiers Su-7BMK (avion qui à l’époque était à la pointe de la technologie) ont fait leur apparition avec pour but de remplacer les MiG-17F, donnant à l’Algérie un avantage militaire qui faisait d’elle la seule nation ayant acquis ce type d’appareil dans le bassin méditerranéen.

Ces avions furent déployés pendant la guerre d’usure durant laquelle les Algériens ont appris beaucoup de choses dans le domaine des combats aériens et des techniques de bombardement à basse altitude. Les pilotes ont appris à être en alerte constante et à réduire leur temps de réaction contre d’éventuelles attaques.

Deuxième engagement

En 1973, deuxième engagement direct de l’Algérie dans le conflit israélo-arabe. Elle fut encore une fois la deuxième puissance militaire sur le front égyptien et sa force était composée d’un escadron de bombardiers tactiques Su-7 escorté par un escadron de chasse MiG-21. Un troisième escadron équipé de MiG-17 fut envoyé pour des missions de soutien. Les pilotes algériens étaient cette fois plus préparés et mieux aguerris grâce notamment à l’expérience qu’ils ont acquise durant la guerre d’usure de 1967. Elle fut la seule force aérienne engagée au front à ne pas avoir perdu d’appareils au combat, seul un MiG-17 fut touché par un F-4 Phantom israélien; malgré la gravité du coup, le pilote algérien réussit à s'écraser près de sa base d’attache tout en s’éjectant et en évitant de se faire capturer. Les avions algériens avaient accompli toutes les missions qu’on leur a assignées, qui consistaient notamment à attaquer les positions israéliennes dans le Sinaï et à protéger le Caire de toute contre-offensive ennemie.

Parallèlement, Ce n’est qu’au début des années 1970 et avec l’aide de l’URSS, que l’Algérie réussit à ouvrir sa première école militaire de pilotage à Tafraoui près d’Oran. Aujourd’hui cette école a acquis une renommée internationale en formant en plus des pilotes algériens, des aviateurs envoyés par des pays africains et arabes dans le cadre de programmes d’échanges de techniques et de formations.

Modernisation profonde

L’AAF décida de se moderniser non seulement dans le domaine du matériel mais aussi dans l’organisation, la formation et l’entraînement de son personnel naviguant et au sol. La chute de l’URSS et l’absence de techniciens internationaux donna une grande leçon à l’Algérie: à savoir qu’il ne fallait compter désormais que sur les compétences nationales dans l’entraînement et la maintenance du matériel militaire. À cela s’ajoute le vieillissement de la flotte des MiG-21 et MiG-23. Des manœuvres militaires furent alors conduites pour jauger le potentiel militaire et recenser les besoins réels de l’AAF, car l’ère des importations massives d’avions est révolue, seules la technologie et la maîtrise du matériel pouvaient l’emporter dorénavant.

Une modernisation extrêmement poussée fut dès lors entreprise et le résultat était surprenant :

  • En 1997, grâce à un programme de diversification de ses fournisseurs, l’AAF signa un contrat avec le constructeur sud-africain Denel pour l’acquisition de plusieurs drones Seeker de reconnaissance. L’AAF acquiert parallèlement en Ukraine 3 Mig-25RBSH de reconnaissance et d’écoute ultra sophistiqués et signa un autre contrat avec les États-Unis pour l’acquisition de plusieurs Beech 1900D Hisar pour la guerre électronique et la reconnaissance.
  • L’AAF montra un vif intérêt pour l’hélicoptère sud africain Rooivalk, elle équipa ainsi ses Mi-24D avec les mêmes systèmes d’armes que celui-ci, leur donnant une capacité d’emport d’armes de précision guidées au laser et de bombardement tout temps. Quarante autres Mi-24V furent importés d’Ukraine entre 1998 et 2001 pour augmenter la puissance de feu de l’AAF et seront certainement modernisés au format MK3.
  • Elle résolut les problèmes liés aux missions de longue durée avec l’acquisition de 6 ravitailleurs IL-78 Midas.
  • Suite à la réduction de la flotte, conséquence du retrait des SU-22, des MiG-21, d’une grande partie de MiG-25 et de MiG-23, l’AAF devait acquérir de nouveaux avions, 6 SU-24MK biélorusses et ukrainiens furent acquis pour renforcer la flotte de bombardiers tactiques. Une autre acquisition en 1997 de 6 Mig-29S ukrainiens et de 3 autres MiG-29S biélorusses en 1999, suivie par 7 autres en 2001 (également biélorusses). Neuf MiG-25PDS ukrainiens furent acquis en 1999 suivis d’une modernisation complète de toute la flotte de MiG-25 acquise précédemment. En 2000, l’Algérie commanda officiellement 2 SU-24Mk qui étaient en service dans l’armée de l’air russe modernisés ensuite au format Bis. Ils sont équipés avec les tout derniers systèmes radars et d’armements.
  • 
    Organisation actuelle

Actuellement les pilotes algériens sont en entraînement constant vu les changements géostratégiques et politiques que connaît le monde. L’AAF continue de se moderniser au fil du temps, non seulement en termes de matériel, mais aussi sur le plan humain avec des entraînements intensifs des pilotes et du personnel au sol, une indépendance dans le domaine de la maintenance des machines et un développement dans la coordination avec les armées de Terre et de la Marine de guerre grâce notamment à la réorganisation des années 1993 et 1994. Le récent rapprochement avec l’OTAN permet à l’Algérie de jouer un rôle important dans la partie méridionale de la Méditerranée ainsi qu’en Afrique d’une manière générale.

Bases et escadrons

Voici la répartition du matériel de guerre et de transport sur les différentes bases aériennes de l'AAF:

  • Aïn Beida: Escadre de chasse
    • Escadron de chasse: Su-30MKA
    • Escadron d’entraînement avancé: Yak-130 (en commande)
  • Ain Oussera :
    • 110e escadron de chasse : Mig-25PDS, Mig-25UB
    • 510e escadron de reconnaissance : Mig-25RBSH, Su-24MR
  • Annaba :
    • Escadron d'hélicoptères : Mi-2
  • Biskra :
    • 1e Régiment d'hélicoptères de combat
    • 421e Escadron d'hélicoptères de combat: Mi-24V, Mi-24 III
    • 441e Escadron d'hélicoptères de combat: Mi-24V, Mi-24 III
    • Escadron de liaison: AS355B
    • 32e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport : C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport: Gulfstream IV, Gulfstream IVSP, Gulfstream V
    • 3e Escadron de transport: Beech 200
    • 3e Escadron de reconnaissance: Beech 200
    • 347e Escadron de transport stratégique: IL-76MD, IL-76TD
    • 357e Escadron de ravitaillement en Vol: IL-78
  • Blida:
    • Escadre de liaison
    • Escadron de liaison: Ka-27,Ka-32
  • Oran
    • Base de Bousfer:
      • 3e Escadre de défense aérienne
      • 193e Escadron de chasse: MiG-29S, MiG-29UB
      • Escadron de liaison: Ka-27, Ka-32
    • Base de Tafraoui:
      • escadron de reconnaissance
      • 640e Escadron d'entraînement primaire: Beech 200
      • 68e Escadron d'entraînement primaire: Beech C90B
      • 618e Escadron d'entraînement avancé: L-39C, L-39ZA
      • 658e Escadron d'écolage basique: Zlin 142C, Zlin 143
      • 678e Escadron d'écolage basique: Zlin 142C, Zlin 143
  • Béchar: 3e Escadre de défense aérienne
    • 153e Escadron de chasse : MiG-29S
  • Boufarik:
    • Escadron: Be1900D
    • 1e Régiment d'hélicoptères de combat
    • 1e Escadron de liaison: AS355B
    • 2e Escadre de transport tactique et logistique
    • 32e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport: C-130H, C-130H-30
    • 3e Escadron de transport: Gulfstream IV, Gulfstream IVSP, Gulfstream V
    • 3e Escadron de transport: Beech 200
    • 3e Escadron de reconnaissance: Beech 200
    • 7e Escadre de transport tactique et de ravitaillement en Vol
    • 347e Escadron de transport stratégique: IL-76MD, IL-76TD
    • 357e Escadron de ravitaillement en Vol: IL-78
  • Chlef:
    • 6e Régiment d'hélicoptères de manœuvre
    • 436e Escadron d'hélicoptères: Mi-171, Mi-8T, Mi-8PS
    • 456e Escadron d'hélicoptères: Mi-171,Mi-8T, Mi-8PS
    • 6e Escadron d'hélicoptères d'assaut: Mi-35K
    • Escadron de liaison: AS355
  • Mechria:
    • 2e Escadre d'entraînement
    • 632e Escadron d'instruction et d'appui "Tigre" : L-39ZA
  • Laghouat:
    • 4e Escadre d'appui et de pénétration
    • 274e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • 284e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • 294e Escadron d'appui et de pénétration: Su-24MK
    • Escadre de défense aérienne
    • Escadron d'interception: MiG-25MF, MiG-29s
    • Escadron d'interception: MiG-25MF, MiG-29s
  • Ouargla :
    • 3e Escadre de défense aérienne
    • 143e Escadron de chasse: MiG-29S, MiG-29UB
  • Setif:
    • 9e Régiment d'hélicoptères d'entraînement
    • 9e Escadron d'entraînement:AS355
    • 9e Escadron de Spécialisation: Mi-171
    • 9e Escadron d'hélicoptères d'entraînement: Mi-2
  • Tindouf:
    • 3e Escadre de défense aérienne
    • 113e Escadron de chasse: MiG-29S

Source:wikipedia


13 votes. Moyenne 2.92 sur 5.

Ajouter un commentaire